Page:Encyclopedie Planches volume1.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


RECUEIL

DE PLANCHES

SUR

LES SCIENCES,

LES ARTS LIBÉRAUX,

ET LES ARTS MÉCHANIQUES,

AVEC LEUR EXPLICATION.

AGRICULTURE ET ECONOMIE RUSTIQUE,
CONTENANT


Planches.

Labourage & outils, 5

Semoirs, 3

Façon des foins & moisson, 1

Batteur en grange, 1

Conservation des grains, 2

Moulins à vent & à eau , &c. 9

Moulins pour exprimer le suc des fruits & l’huile des graines, 4

Manufacture de tabac, 6

Chanvre, premier travail à la campagne, 2

Culture & arsonnage du coton, 1

Travail & emploi au coton, 4

Culture de la vigne, 2

Pressoirs, 4

Pressoir à cidre, 2


Indigoterie & manioc, 1

Sucrerie, & affinage des sucres, 7

Travail des sabots, échalats, &c. 1

Charbon de bois, 3

Four à chaux, 1

Jardinage, 7

Jardin potager, 6

Fontainier,

Mouches à miel, ruches, 1

Vers à soie, 1

Bassecour, 1

Laiterie, 1

Art de faire éclore les poulets, 3

83 Planches.


LABOURAGE.


PLANCHE Iere.

Figure 1ere. Laboureur qui ouvre un sillon.

Fig. 2. Charrue ordinaire.

3. Charrue de M. Tull.

4. Semeuse qui conduit le semoir de l’abbé Soumille dans le sillon où la semence est aussitôt recouverte par la terre, que le versoir ou oreille de la charrue (fig. 1.) y jette en formant le sillon suivant indiqué par la ligne ponctuée.

5. Semeur qui répand la semence à la main, fur une piece de terre préparée par differens labours.

6. Charretier qui conduit la herse pour couvrir la semence.

7. Charretier qui conduit le rouleau ou brisemotte, pour rabattre & egaler la terre. 8

PLANCHE II.
La charrue à versoir.

Fig. 1. La charrue entière vue en perspective. A, B, les rouelles. 9, V, le têtard. a, a, les jumelles. 5, 8, l’épart ou balance 5, I : 7, 1, traits du cheval sous la main gauche. 6, 3 : 8, 4, traits de l’autre cheval.


V, P, N, le collier ou chignon. O , les rondelles ou entrempoirs. C D , la haye. c D, le sep. L, G, étançon. L H, L K, mancherons. E F, versoir ou écu, ou oreillon. T. felette. R, S, chevalet ou hausse. c d b , soc, d c, e f, aiguille. M Q c coutre. g, clef.

2. L’avant & l’arrière-train séparés & représentés à vûe d’oiseau. 5, 8 , l’épart ou balance. 9, V, le têtard. V N, le collier ou chignon. a a, les jumelles. 6 , 7, chevilles où l’on attache les traits du dedans. 10, autre cheville où l’on attache le trait du Palonnier d’un troisième cheval, quand on s’en sert. T, selette. R S, chevalet ou hausse. a S, a R, épées. L’essieu A B des rouelles fait avec le têtard un angle d’environ 85 ou 86 degrés, du côté du versoir, afin que la pointe du soc reste engagée dans la terre à main gauche, que l’arriere train ne retombe pas dans le sillon précedemment tracé.

L’arriere-train. C L, la haye. b c d , le soc. c b D, le sep. L G, étançon. L H, L K, les mancherons.

Fig. 3. L’arriere-train en perspective , vû du côté du versoir, M Q c, le coutre. D d c , le fep recouvert du soc. d c, tranchant du soc. e f, l’aiguille, E F, versoir ou oreillon. G, étançon ,K H, mancherons.

A