Page:Faguet - La Poésie française, 1911.djvu/378

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


MALFILATRE
(1732-1767)

Jacques-Charles-Louis de Clinchamp de Malfilâtre naquit à Caen.

Il était pauvre, mais les Jésuites, devinant son talent, se chargèrent de son éducation, et ses débuts dans la poésie furent brillants.

On accueillit avec admiration son ode fameuse Le Soleil fixe au milieu des planètes, que Marmontel fit insérer dans le Mercure de France.

Malfilâtre vint à Paris, en plein succès, mais il y ruina sa santé, et ne travailla point.

On connaît le vers de Gilbert :

« La faim mit au tombeau Malfilâtre ignoré ».

Il mourut en effet de misère, mais lui seul fut responsable, et s’il n’a point dilapidé de grands trésors, il a gaspillé des dons réels et un talent véritable.

LE SOLEIL FIXE
AU MILIEU DES PLANÈTES
Palinod * couronné par l’Académie do Rouen

L’homme a dit : Les cieux m’envlroainent,
Les cieux ne roulent que pour moi ;
De ces astres gui me couronnent
La nature me fit le roi :
Pour mol seul le soleil se lève,
Pour moi seul le soleil achève
Son cercle éclatant dans les airs ;

1. Les palinods étaient des odes couronnées par les académies de Rouen, de Caen et de Dieppe, fondées au moyen âge en l’honneur de la sainte Vierge.