Page:Fagus - Ixion, 1903.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


AU LECTEUR

Du poème que voici, de même que chaque chant représente un petit poème complet, lui-même en son entier figure un chant dans un poème plus vaste, par quoi l’auteur essaiera d’imager sa vision personnelle de l’univers et de l’humanité. On éprouve quelque embarras à détailler ainsi par avance une entreprise dont le succès seul peut après coup légitimer la hardiesse ; de plus, un ouvrage ne doit point connaître le besoin de commentaires explicatifs. Mais cette publication séparée d’un épisode nécessite d’avertir de la signification spéciale qu’à la sienne propre vient ajou-