Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/128

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



OLYMPE, qui est presque au haut de l’escalier,

je vais le faire préparer.


FERRAILLON.

C’est ça. Va, ma chérie.

Elle disparaît.



Scène IV

Les Mêmes, moins OLYMPE



FINACHE, une fois Olympe partie.

Une femme précieuse, hein, madame Ferraillon ?


FERRAILLON.

Ah !… Et si sérieuse !


FINACHE.

C’est drôle ! Souvent je me suis demandé où je l’ai vue ?


FERRAILLON, hochant la tête.

Ah ! ça ?… Vous… vous n’avez pas connu autrefois une demi-mondaine la belle Castana ?… qu’on avait surnommée : « Culotte de peau ».


FINACHE, interrogeant sa mémoire.

Castana ? Attendez donc !


FERRAILLON.

Si ! Qui a été si longtemps la maîtresse du duc de Gennevilliers.


FINACHE.

Ah ! Oui… Oui ! et qui s’est fait servir un jour