Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/165

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



TOURNEL, gagnant avec empressement la chambre.

Oui, oui ! de l’eau ! (À Baptistin.) Où y a-t-il de l’eau ?


BAPTISTIN, s’interrompant de lire son journal.

Mais dans le cabinet de toilette !…


TOURNEL.

Merci !

Il gagne le cabinet de toilette.

RAYMONDE, dolente à Baptistin, en passant devant son lit
et sans s’arrêter pour attendre sa réponse.

Hein, croyez-vous ? C’était le garçon d’hôtel !


BAPTISTIN, pour répondre quelque chose.

Y a de ces choses dans la vie… !

Elle va jusqu’à la fenêtre qu’elle entr’ouvre afin de respirer un peu d’air. Baptistin philosophe se replonge dans sa lecture.


Scène VIII

Les Mêmes, POCHE, EUGÉNIE.


Sur ces dernières répliques, Poche venant des dessous a apparu, son crochet chargé de bois sur le dos. Arrivé sur le palier, une des bûches de son chargement tombe à terre.


POCHE, à Eugénie qui descend précisément des étages supérieurs.

Tenez, Eugénie, remettez-moi donc cette bûche qui vient de tomber.


EUGÉNIE.

Volontiers.

Elle ramasse la bûche en question et va la mettre sur le