Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/203

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE III


Scène première

Antoinette, puis Etienne

Même décor qu’au premier acte,

Au lever du rideau, la scène est vide ; les portes sont fermées. Brusquement, celle du fond s’ouvre. Antoinette, affolée, entre en coup de vent et referme vivement la porte sur elle. On sent qu’elle a revêtu à la hâte sa tenue de cuisinière ; elle accourt en achevant d’agrafer sa robe ; elle tient son tablier et son bonnet à la main.


Antoinette.

Mon Dieu, Etienne !… Etienne qui revient !… Je n’aurai jamais le temps !… (Elle achève son ajustage.) Ah ! là !… quand on est émue, on n’avance pas !… Aïe donc, voyons !


Voix d’Etienne, cantonade gauche.

Antoinette !… Antoinette !…


Antoinette.

Oh !…

Elle va pousser le verrou de la porte du fond.