Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/220

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



RAYMONDE, s’inclinant devant cette vérité de La Palisse.

Évidemment.


TOURNEL.

Oui, enfin, je me comprends.

Pendant ces dernières répliques, on a entendu la porte extérieure s’ouvrir et se refermer.


Scène IV

Les mêmes, ÉTIENNE, POCHE



ÉTIENNE, entrant effaré.

Madame ! Madame !


RAYMONDE.

Eh ! bien ! Qui est-ce ?


ÉTIENNE.

Ah ! Madame !


RAYMONDE.

Quoi ?


ÉTIENNE.

C’est monsieur !


TOURNEL (1) et LUCIENNE (4).

Ah !


RAYMONDE (2).

Eh ! ben ?


ÉTIENNE.

Eh ! ben ! je ne sais pas ce qu’a monsieur… Je lui ai ouvert… il est entré… comme ça : (Il imite la démarche de Poche.) et il m’a dit : « Est-ce que c’est ici que demeure M. Chandebise ? »