Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FINACHE.

Mais je l’espère bien !

Il remonte avec Étienne.

ÉTIENNE, accompagnant le docteur.

Pour en revenir à ce que nous disions, docteur… quand je m’appuie comme ça, mes ovaires…


FINACHE, se retournant sur le pas de la porte.

Oui ? Eh bien, prenez donc une bonne purge. Ça les calmera.

Ils sortent.



Scène III

LUCIENNE, puis CAMILLE



LUCIENNE, regardant partir le docteur.

Quel type ! (Regardant sa montre.) Une heure sept !… C’est ce que Raymonde appelle m’attendre avec impatience… Enfin !

Elle s’assied sur une des chaises à gauche de la scène,
et prend une brochure qu’elle feuillette distraitement.

CAMILLE, venant du fond droit se dirigeant vers le cartonnier
pour y remettre le dossier qu’il a pris précédemment.
— Apercevant Lucienne.

Oh ! pardon, madame !

En réalité et dans tout le courant de l’acte, il doit parler
d’une façon absolument inintelligible, la voix dans le
masque et en ne prononçant — mais bien nettement —
que les voyelles, comme les gens qui ont le palais perforé.