Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/251

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Scène VIII

CAMILLE, puis POCHE



CAMILLE.

Mon Dieu ! Mon Dieu ! je suis abruti positivement ! Je suis abruti ! (Se levant et descendant au public.) Je me fais l’effet d’une petite plume… d’un pauvre petit duvet emporté par un cyclone. (On frappe à droite, premier plan. — Sur le même ton.) Entrez !… Ma raison y sombrera !


POCHE, entrant, toujours emmitouflé dans sa robe de chambre.

Je vous demande pardon !…


CAMILLE, tressaillant.

Victor-Emmanuel !


POCHE, par blague, affectant un ton sévère.

Eh ! mais voilà un monsieur que j’ai vu aujourd’hui à l’hôtel du Minet-Galant !


CAMILLE, à part, croyant à une réprimande.

Sapristi !


POCHE.

Encore un ! Alors !


CAMILLE, à part.

Il m’avait reconnu ! (Allant à Poche et bien face à lui.) Je vais te dire !… si j’étais là-bas… c’est que j’avais une raison ! une excellente raison… J’avais entendu dire qu’il y avait une personne…


POCHE, qui, depuis le moment où Camille lui a adressé la parole, l’écoute ahuri et bouche bée, se baisse même un moment discrètement pour tâcher de voir ce qui se passe dans la bouche de son interlocuteur.