Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/85

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CAMILLE, arrivant du fond avec un verre rempli d’eau et un petit paquet d’acide borique. — Le verre est sans pied et de couleur.

Ah ! monsieur Tournel ! Eh ! bien ?… êtes-vous de meilleure humeur ?…


TOURNEL, sur le même ton que Raymonde.

Ah ! flûte, vous !

Tout en parlant il passe devant lui et sort par la droite deuxième plan.


CAMILLE, reste un moment coi, puis :

Quel mufle ! (Il gagne au-dessus de la table ; puis, face au public, il pose son verre devant lui sur la table ; et se met à déplier son petit paquet d’acide borique. — On sonne à l’extérieur.) Ce que j’ai eu de peine à mettre la main sur l’acide borique. (Il verse le contenu du paquet dans le verre, puis prenant son verre d’une main, son palais d’argent de l’autre, il le tient un moment entre l’index et le pouce, comme l’hostie au-dessus du calice ; puis, avec amour.) Là ! trempe, mon palais !… trempe !…

Il écarte l’index du pouce et le palais tombe dans le verre qu’il va déposer sur la cheminée.


Scène XI

Camille, ÉTIENNE, puis HOMÉNIDÈS, puis CHANDEBISE et FINACHE, puis TOURNEL.



ÉTIENNE (1), annonçant.

Don Homénidès dé Histangua.


HOMÉNIDÈS (2), descendant franchement en scène.

Yo vous saloue !


CAMILLE (3), tout en s’inclinant légèrement.

Ah ! Monsieur dé Histangua !