Page:Flaubert - Notes de voyages, I.djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
55
VOYAGE EN FAMILLE.

De dessus le balcon, la vue est superbe, longue, allongée, sans plans étagés. Ce beau château fait penser à la société intellectuelle de l’Empire, à quelque chose de restreint, de distingué, d’un peu étroit, d’animé, à rien de plus. Mme de Staël (que je connais peu du reste) ne ressemble-t-elle pas à Girodet ? son romantisme ne me semble pas d’un romantisme bien pur, ou du moins comme nous en voulons un maintenant ; il paraît, comme le sien, déclamatoire et intentionnel.

Se souvenir du capitaine Rose. — Anglais ennuyé ; trait du fils du portier de l’Hôtel Meurice leur apprenant le carcan à six, sans qu’aucun ait jamais pu le savoir.

Genève. — Ile de Rousseau. — Quand j’y entrai, le soir, on y faisait de la musique ; des Allemands jouaient sur leurs cuivres d’une façon tendre et déchirante. Il se tenait sur son piédestal, immobile, la tête penchée en avant, l’air intelligent et doux. — À gauche, bouquet de trois peupliers droits, frissonnant un peu dans leurs cimes. — Comme il aimait la musique, le pauvre Jean-Jacques, j’ai bien pensé à lui ; je faisais tous mes efforts pour y penser de toute mon âme. Les fanfares qui sont venues après m’ont fait penser à ce soir où il courait éperdu dans les corridors… Quel homme ! quelle âme ! quelle lave et quelle onde ! Comme cela est beau les gens qui trouvent ses Confessions un livre immoral et Rousseau un misérable ! Je l’ai entendu dire, je l’ai entendu dire ; on trouve que je suis susceptible et je vis !! — La statue de Pradier est peut-être fort belle, je n’ose en être bien sûr, mais c’est l’effet qu’elle me fait. Tous les Genevois ont été étonnés de ne pas