Page:Flaubert - Notes de voyages, I.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
57
VOYAGE EN FAMILLE.

le pouce. La belle chose que la sandale ! n’est-ce pas un symbole ? l’art se prêtant à la nature, ne la cachant pas encore, mais s’y adaptant ! — En fait de sculpture, un très beau plâtre de Pradier, Vénus consolant l’Amour ; une Haydé assise à genoux, avec des amulettes, belle comme sentiment. C’est peut-être un peu extérieur ; du reste ça contente. — Le jeune homme faisant l’agréable entre les deux fillettes, était-ce pour le bon ou pour le mauvais motif ? — Les trois marchands d’antiquités, types différents : le premier, boutique ; le second, le bouquiniste et son fils ; le troisième, grand, maigre, blanc, doux, pied bot, ignorant du prix de ses choses, faisant compassion ; ses deux émaux de Petitot ; être riche !!

Ferney. — Le château est au milieu des arbres, qui étaient vert clair sous la pluie. — Aspect triste d’abord. — Petit château à un étage, deux ailes, trois escaliers. Celui du milieu vous fait entrer dans le salon, celui de gauche dans le cabinet de travail de Voltaire, que l’on ne montre pas. — Le parc est par derrière et ne se voit pas en entrant. Allée droite (au milieu, un bassin d’eau) devant la porte du salon. Sur la gauche surtout, et au bout, la vue doit être superbe : tout le lac de Genève, le mont Blanc, et plus encore…

Église bâtie par Voltaire. — L’inscription Deo ercxit Voltaire ne se voit plus, elle a été effacée par les « mauvaises gens », m’a dit Louis Grandperrey. Tombeau en forme pyramidale, surmonté d’une urne que Voltaire avait fait édifier pour lui. L’église et le tombeau sont maigres et ont l’air vieux sans être anciens. On a été longtemps à nous ouvrir la porte, un énorme dogue aboyait sur le