Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/357

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
357
NOTES DIVERSES.


PLANS. — IDÉES EN L’AIR.

Spira ! spera !

L’hypocrisie sociale doit être maintenant à son état le plus intense en Amérique ; ces gens qui disent « inexpressible » pour « pantalon » et qui appuient la théorie de l’esclavage sur la Bible, cela doit faire entre la morale parlée et l’action dramatique des oppositions brutales : un propriétaire, libéral en politique (extérieure), dur pour ses esclaves ; une plantation de colon où on veille les nègres à main armée, cependant on parle d’améliorations d’agriculture pour les classes pauvres ; l’action féroce coupant par intervalles le dialogue philanthropique,… un ministre.

Quel est l’imbécile qui a dit ceci : Il y a quelqu’un qui a plus d’esprit que Voltaire, c’est tout le monde ? — Pas du tout ! il y a quelqu’un de plus bête qu’un idiot, c’est tout le monde.

L’impossibilité de tenir un secret quel qu’il soit est le trait distinctif des impures.




NOTES GÉNÉRALES.— LECTURES, ETC.
Octobre 1859.

Le général de Montauban a un petit chien qui est pris d’attaque de nerfs lorsqu’on le contrarie. Quelle jolie preuve pour les partisans de la métampsomatose ! Ce toutou-là est une jeune femme mal élevée.

La lèpre considérée comme une bénédiction, ce qui concorde avec la formule de M. Hamon, de Port-Royal : « la maladie est l’état naturel du chrétien ». (Voir Spéculum patientiæ, Norib.,