Page:Flaubert - Théâtre éd. Conard.djvu/115

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


faisant voir jusqu’h quel point peut aller dans Ia tétc de ccrtaincs personnes. . .


ROUSSELIN.

L’obscuruntismc !

MUREL.

Effectivcmcnt! C’était , dis-jc, un procédé dc tac- tique parlementaire, une ruse... bien Iégtimc, pas- scz-moi Ycxprcssion, pour Ic faire tom cr dans Ic panncau.

HEURTELOT.

Oh! oh! trop malin!

LEDRU.

Alors, il s’cst conduit cn saitimbanquc.

MUREL.

Mais jc...

HEURTELOT.

Nc Ic défcndcz plus!

LEDRU.

Et voilà l'homme qui avuit promis d’aller calotter Ic préfet !


ROUSSELIN.

Pourquoi pas ?

LE GARDE CHAMPIETRE, Ic frappant {égércmcnt sur {’épaule.

Doucement, monsieur Rousselin !

TOUS.

Assez ! assez ! la clôture ! la clôture !

Tout lc monde sc {évc. Roussclin fait un gestc déscspéré, pllis SC I`COlI’HC VCTS {C pl’é$id€Ht qui SOI".