Page:Flaubert - Théâtre éd. Conard.djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ROUSSELIN.

Je me suis fait, premiérement, admettre dans une société d’archéologie, ct j’ai commcncé at recevoir, par la postc, des brochures. Puis, j’ai été du conscil municipal, du conseil d’arrondissement, enfin du conseil general; et dans toutes les questions importantes, de peur de me compromettre... je souriais. Oh! le sou- rire, quelquef`ois, est d’une ressourcc!

MUREL.

Mais le ublic n’était as fixé sur vos o inions ct _ P P P > il a f`allu — vous ne savez peut-étrc pas...

ROUSSELIN.

Oui! je sais... c’est vous, vous seul!

MUREL.

Non, vous ne savcz pas!

ROUSSELIN.

Si fait! ah! quel diplomate!

MUREL, in part.

Il y mord! Hm:. Lcs ouvricrs de ma fabrique etaient hostiles au debut. Des hommes redoutables, mon ami! A présent, tous dans votre main!

ROUSSELIN.

Vous valez votre pesant d’or!

MUREL, in part.

Je n°en demande pas tant! ‘

ROUSSELIN, le contemplant.

Tenez ! vous êtes pour moi… plus qu’un frere!...comme mon enfant !