Page:Floupette - Les Déliquescences, 1885.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


nous aurions rebâti la tour de Babel ; nous nagions en plein sublime.

Enfin Musset eut son tour. Il nous arriva, précédé d’un cortège des plus galants, abbés de cours, folles maîtresses, donneurs de sérénades, amants transis, et c’est alors que je crus m’apercevoir que Floupette se dérangeait. Lui, autrefois si chaste, si réservé dans ses propos, il devenait à vue d’œil égrillard et talon rouge. C’était la chute d’un ange.


J’aime Ninon à la folie


Chantonnait-il avec une désinvolture de vaurien que je ne lui connaissais pas encore, et, à ma grande stupéfaction, il m’arriva de l’entendre faire à une certaine Déjanire les propositions les plus incendiaires. Il est vrai que c’était en rêve, un soir qu’il s’était mollement endormi sur son gradus ad Parnassum, pendant la dernière étude.