Page:Furetière - Le Roman bourgeois.djvu/165

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce spirituel disgracié, que voila les elegies, les sonnets et les madrigaux en campagne ; jamais veine ne fut plus feconde ny genie plus eschauffé ; jamais il n’y eut si grande profusion de tendresses rimées. Ce qui fut nouveau, c’est que deslors toute la dissimulation s’évanoüit. Tous ces charmes et ces appas, qu’il ne mettoit auparavant dans ses vers que par fiction poëtique, il les y insera depuis de bonne foy. L’amant crut en saine conscience que sa maîtresse estoit un vray soleil et une vraye aurore ; et quoy que cet amour n’eust commencé que par l’esprit, le tendre heros fut tellement esblouy de ses brillans, qu’il ne reconnut plus aucune imperfection dans le corps, pour lequel il eut aussi-tost la même passion. Je ne sçay si l’amour fit d’une flesche deux coups, ou si Polymathie fut touchée des pointes poëtiques que son amant lui décocha : tant y a qu’elle eut pour luy une amour reciproque ; et elle fit judicieusement de ne pas laisser eschapper cette occasion, car elle auroit eu de la peine à la recouvrer. Elle ne fut pas plus avare que luy de prose et de vers, et ce fut lors que ce petit Dieu travesty ne manqua pas d’occupation, ny de sujets d’exercer ses jambes. Il n’avoit pas si-tost porté un poulet, qu’il falloit retourner porter des stances ; et pendant l’intervalle du temps qu’il employoit à ce message, un madrigal se trouvoit fait, qu’il falloit aussi porter tout frais esclos. Que si par malheur on faisoit response sur le champ, il falloit porter la replique avec mesme diligence ; et dans cet assaut de reputation, nos amants se renvoyoient si viste des in-promptu, qu’ils ressembloient à des joüeurs de volant quand ils tricottent. Je ne vous diray point la suitte ny la fin de ces amours ; elles continuerent long-