Page:Gautier - En Chine, Les arts graphiques, 1911.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


PRÉFACE

PAR JEAN AICARD, DE L’ACADÉMIE FRANÇAISE

FAIRE un beau voyage, quelle émotion soulevaient ces simples mots dans notre cœur d’enfant Quel trouble délicieux ils y éveillent encore

Espérer, c’est vivre. Nous ne vivons vraiment que par l’attente d’on ne sait quoi d’heureux qui va probablement nous arriver tout à l’heure ce soir demain ou l’année prochaine. Alors, n’est-ce pas ? tout sera changé les conditions de notre vie seront transformées nous aurons vaincu telle ou telle difficulté ; triomphé de l’obstacle qui s’oppose à notre bonheur, à la réalisation de nos désirs d’ambition ou d’amour. L’enfance, puis l’adolescence, se passent ainsi à appeler l’avenir inconnu, à. le rêver resplendissant de couleurs magiques. Être jeune, c’est espérer, sans motif raisonrié, maigre soi, à l’infinic’est-à-dire voyager en esprit vers, des horizons toujours nouveaux-courir allègrement au-devant de toutes les joies.

La plupart. des hommes, rivés aux mêmes lieux par la nécessité, s’habituent à ne plus rien attendre. Ils ont appris plus ou moins vite que deI1]~in sera pour