Page:Glatigny - Le Fer rouge, 1870.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Car nous qu’on outrage et qu’on lie,
Nous qui voulons des majestés,
Vraiment cela nous humilie
Que l’on soit libre à nos côtés.

Car notre abjection profonde
Pâlirait nécessairement
Lorsque s’étendrait sur le monde
L’universel abaissement ;

Quand les peuples, comme à Cologne,
Chérissant les affronts soufferts,
S’écrîraient partout sans vergogne :
« De l’argent ! Des bâillons ! Des fers ! »




O bons marchands de vulnéraire,
Soyez infâmes ! Vautrez-vous
Toujours dans l’ombre funéraire
De vos rois mystiques et fous !

Aimez la main qui vous fustige,
Léchez les pieds les plus fangeux,
Soyez lâches jusqu’au vertige,
Valets soumis et nuageux !

La révolution sacrée
Jette à la face des bourreaux