Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Vers les saules. Que ma chambre n’avait pas asseï d’acajou, Et qui m’a laissé là comme on fait d’un joujou. Pour un je ne sais qui doré sur les coutures ! Elle était bien aimée entre les créatures. Cependant, cette fille aux froides cruautés ! Henriette. Dites-moi. n’est-ce pas que vous la regret tei? Henri. Son épaule, le soir, était douce à ma tête. Henriette. Et pour la recevoir toujours elle était prête. Elle attire la tète de Henri sur son lipiiulc; tous deux se regardent, rouges et embarrassés. Henri. O biiarre destin! Quand je la rencontrais Parfois sur l’escalier, son visage si frais, Son nei si bien rosé, sa démarche hardie, Tout ce qui faisait d’elle une enfant étourdie. Rien ne me conseillait l’amour, et je passais Insoucieux ; et toi, cher ange, tu pressais Le pas, en murmurant : Que ce garçon est drôle ! Un jour... ah! quel démon nous soufflait notre rôle?