Page:Godet - Les Réalités, 1887.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


SUR LE MASSACRE D’UN VERGER

Ecoute, bûcheron, arrêteunpeulebras ! RONSARD.

O Ronsard, prête-moi ta lyre et ta colère !

C’était en pleine ville un verger séculaire,
Un coin vert et rustique oublié par le temps
Et que rajeunissait chaque nouveau printemps.