Page:Gogol - Le Revizor 1922.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE REVIZOR 3


CARACTÈRES ET COSTUMES

NOTES POUR LES INTERPRÈTES

Le préfet de la ville. — Fonctionnaire qui a vieilli dans son service ; homme pas trop bête. Bien qu'aimant les pots- de-vin, il sait se conduire en être posé. Assez sérieux, même un peu raisonneur, il ne parle ni haut ni bas, ni peu ni beaucoup. Chacune de ses paroles a une signification importante. Les traits de son visage sont durs, grossiers comme chez tout fonctionnaire parti du rang le plus obscur Il passe rapidement de la peur à la joie, de la manière vile au ton arrogant, comme tout homme aux instincts vul- gaires. Uniforme habituel, cheveux grisonnants, coupés ras.

Anna Andreevna, sa femme. — Une coquette de province, d'âge moyen, élevée moitié dans les romans et les albums, moitié dans les soucis et commérages de l'office. Très curieuse et sachant à l'occasion manifester de l'orgueil. Elle mène parfois son mari par le bout du nez, uniquement parce que celui-ci n'a pas la repartie facile ; mais cette autorité ne s'exerce que sur de petits détails, ne se con- tente que de reproches et moqueries. Anna Andreevna change quatre fois de robe dans le cours de la pièce.

Khlestakof. — Jeune homme âgé de vingt-trois ans, maigre et fluet. Légèrement sot et comme on dit « sans boussole dans le cerveau ». Un de ces fonctionnaires que l'on appelle dans les bureaux des « propres à rien ». Il parle et agit sans discernement, est incapable de fixer son attention sur une pensée. Sa parole est saccadée et les mots échappent de sa bouche d'une manière toujours inattendue. Le rôle de l'acteur est de manifester le plus de candeur et de simpli- cité possible. Vêtu selon la mode.