Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
17
DRAME

vie, & j'ai ſeul échappé à la fureur des flots. Je ne reſpire qu’avec horreur : ſéparé de toi, chaque inſtant redouble mes peines. En vain je te cherche, en vain je t’appelle : Ta voix retentit dans mon cœur, mais elle ne frappe pas mon oreille. Je te fuis. (Il deſcend avec peine & tombe au fond du Théâtre appuyé ſur une roche.) Un nuage épais couvre mes yeux, ma force m’abandonne ! Grand Dieu, accorde-moi celle de me traîner juſqu’à la mer ! Je ne puis plus me ſoutenir. (Il reſte immobile d'épuiſement.)



SCÈNE IV


VALÈRE, MIRZA.




MIRZA,

accourant & appercevant Valère

AH ! Dieu ! Quel eſt cet homme ? S’il venoit pour ſe ſaiſir de Zamor & me ſéparer de lui ! Hélas! que deviendrois-je ? Mais, non, il n’a peut-être pas un ſi mauvais déſſein ; ce n’eſt pas un de nos perſécuteurs. Je ſouſſre… Malgré mes craintes, je ne puis m’empêcher de le ſecourir. Je ne puis plus long-tems le voir en cet état. Il a l’air d'un François. (A Valère) Monſieur, Monſieur le François…