Page:Gourdon - Chansons de geste, 1903.djvu/164

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle contient son cœur, elle croit tomber morte
Et n’ose ouvrir les yeux....
Et n’ose ouvrir les yeux... O prodige nouveau !
Ses deux fils souriants jouaient dans leur berceau !