Page:Guyau - Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





LIVRE PREMIER

DU MOBILE MORAL AU POINT DE VUE SCIENTIFIQUE
PREMIERS ÉQUIVALENTS DU DEVOIR.

_______


CHAPITRE PREMIER

L’intensité de la vie est le mobile de l’action.



Nous ne rejetons nullement la part de la spéculation métaphysique dans la morale, pourvu qu’elle se présente pour ce qu’elle est, comme une spéculation, et nous en montrerons nous-même plus tard l’importance. Mais une méthode rigoureuse nous impose de chercher d’abord ce que peut être une morale exclusivement fondée sur les faits et qui, en conséquence, ne part ni d’une thèse a priori, ni d’une loi a priori, qui serait elle-même une thèse métaphysique. Quel est le point de départ, et le point d’arrivée, quel est le domaine exact de la science dans la morale ? Voilà ce que nous devons examiner.

Une morale qui n’invoque que les faits ne peut présenter