Page:Hérodote - Histoire.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



HISTOIRE


D’HÉRODOTE


LIVRE PREMIER


CLIO


les perses. — les mèdes. — babylone. — crésus. — candaule et cygès. — cyrus. — sémiramis. — thomyris, etc.


Hérodote d’Halicarnasse, en donnant son histoire au public, veut que la trace des actions accomplies par les hommes ne s’efface point avec le temps, et que les grands et merveilleux exploits des Grecs comme des barbares ne demeurent point inconnus ; il veut encore, et surtout, exposer les motifs qui les portèrent à se faire la guerre.


I. Les Perses les plus doctes attribuent aux Phéniciens la cause de ces inimitiés. Ils disent que ce peuple étant venu des bords de la mer Érythrée sur les côtes de la nôtre, entreprit de longs voyages sur mer, aussitôt après s’être établi dans le pays qu’il habite encore aujourd’hui, et qu’il transporta les marchandises de l’Égypte et de l’Assyrie en diverses contrées, entre autres à Argos. Cette ville surpassait alors toutes celles du pays connu actuellement sous le nom de Grèce. Ils ajoutent que les Phéniciens y ayant abordé se mirent à vendre leurs marchandises ; que, cinq ou six jours après leur arrivée la vente étant presque finie, un grand nombre de femmes se rendit sur le rivage, et parmi elles la fille du roi : que cette princesse, fille d’Inachus, s’appelait Io, nom que lui donnent aussi les