Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée





IV


L’enfant marchait avec lenteur, absorbé dans ses pensées — homme déjà vieux par certains côtés de son esprit, et, par d’autres, plus jeune que son âge. — Il fut rejoint par un voyageur alerte, et, malgré l’ombre, il vit que le nouveau venu portait un chapeau extraordinairement haut, un habit à queue d’hirondelle, une chaîne de montre qui dansait follement et accrochait les reflets du jour. 11 avait des jambes grêles et des chaussures qui ne faisaient pas de bruit.

Jude, qui commençait à s’émouvoir de sa solitude, résolut de l’accompagner.

— Bien, mon camarade !… Mais je suis pressé et vous irez d’un bon pas si vous voulez me suivre. Savez-vous qui je suis ?

— Oui, je crois… Le docteur Vilbert ?

— Ah ! Je vois que je suis connu partout… Ce que c’est que d’être un bienfaiteur public !

Vilbert était un charlatan ambulant, bien connu de la population rustique, et absolument ignoré des autres, comme il le désirait, d’ailleurs, pour éviter une surveillance gênante. Les paysans composaient seuls sa clientèle. Il traversait à pied des distances