Page:Hardy - Jude l’Obscur.djvu/377

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Croyez-vous gu’Elle viendra ? demanda-t -elle.

— Je ne saurais le dire. Elle a juré de ne pas le revoir.

— Comment est-elle ?

— Épuisée et misérable, pauvre cœur. Des années et des années plus vieille que quand vous l’avez vue la dernière fois. Tout à fait une femme éteinte, usée aujourd’hui. C’est le mari… Elle ne peut pas le digérer, même maintenant.

— Si Jude avait été en vie pour la voir, il ne se serait presque plus soucié d’elle, peut-être ?

— C’est ce que nous ne savons pas… Vous a-t-il jamais demandé de l’envoyer chercher depuis qu’il lui fit cette étrange visite ?

— Non. C’est tout le contraire. Je le lui ai offert et il m’a dit que je ne lui fisse pas savoir combien il était malade.

— L’a-t-il oubliée ?

— Non, que je sache.

— Eh bien ! pauvre petite créature, c’est à croire qu’elle a trouvé le pardon quelque part. Elle dit qu’elle a trouvé la paix.

— Elle peut jurer cela à genoux, devant la sainte Croix, mais ce n’est pas vrai, dit Arabella. Elle n’a jamais trouvé la paix depuis qu’elle est sortie de ses bras, et elle ne la retrouvera jamais, qu’elle ne soit comme il est maintenant.



fin