Page:Homère - Odyssée, traduction Leconte de Lisle, 1893.djvu/465

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.




XI


À Glaukos le Chevrier.


Glaukos, gardien des troupeaux, je déposerai cette parole dans ton esprit : d’abord souviens-toi de donner à manger aux chiens devant les portes de l’enclos, car ceci est pour le mieux. En effet un chien sait, le premier, si un homme approche, ou si une bête fauve est entrée dans l’enclos.




XII


À une Sacrificatrice de Samos.


Entends ma prière, Protecteur des jeunes hommes ! Fais qu’elle refuse l’amour et le lit des jeunes hommes, et qu’elle soit charmée des vieux à tête blanche dont la vigueur est éteinte, bien qu’ils désirent encore !




XIII


À une Demeure de Confrères.


Les enfants sont l’ornement de l’homme, les tours sont celui d’une ville, les chevaux celui de la plaine, et les nefs celui de la mer. Les richesses ornent une demeure ; les Rois vénérables, quand ils siègent dans l’Agora, sont l’or-