Page:Hugo - Le Roi s amuse.djvu/367

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


DON ALPHONSE

Savez-vous, madame, que c’eût été une cruauté que d’enlever ce capitaine à la vie, à l’amour, au soleil d’Italie, à la beauté de son âge de vingt ans, à son glorieux métier de guerre et d’aventure par où toutes les maisons royales ont commencé, aux fêtes, aux bals masqués, aux gais carnaval de Venise, ou il se trompe tant de maris, et aux belles femmes que ce jeune homme peut aimer et doivent aimer ce jeune homme, n’est-ce pas, madame ? — Versez donc à boire au capitaine.

Bas

— Si vous hésitez, je fais entrer Rustighello.

Elle verse a boire à Gennaro sans dire une parole.

GENNARO

Je vous remercie, monseigneur, de me laisser vivre pour ma pauvre mère.

DONA LUCREZIA, à part.

Oh ! horreur !

DON ALPHONSE, buvant.

A votre santé, capitaine Gennaro, et vivez beaucoup d’années !