Page:Hugo - Le Roi s amuse.djvu/437

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



GENNARO, relevant le couteau.

C‘est dit. Je n’écoute plus rien. Vous l'entendez, madame, il faut mourir !

DONA LUCREZIA, se debattant et lui retenant le bras.

Grâce ! grâce ! Encore un mot !


GENNARO.

Non !

DONA LUGREZIA.

Pardon ! Ecoute-moi !


GENNARO.

Non !

DONA LUCREZIA.

Au nom du ciel !


GENNARO.

Non !

Il la frappe.

DONA LUCREZIA.

Ah !... tu m’as tuée ! — Gennaro ! je suis ta mere !

FIN.