Page:Jean Chrysostome - Homélie en faveur d’Eutrope, 1889.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


surtout gravons-la dans nos cœurs, pour la méditer éternellement. Oui, puisque la plupart des hommes prennent pour des vérités tous ces mensonges, tous ces masques hypocrites, on devrait chaque jour, à chaque repas, matin et soir, dans les entretiens, se redire les uns aux autres ces mots : Vanité des vanités, tout est vanité.

Ne te disais-je pas sans cesse que la richesse est fugitive ? Mais tu ne m’écoutais pas. Ne te disais-je pas que c’est un serviteur ingrat ? Mais tu ne voulais pas me croire. Et voilà que l’expérience t’a montré qu’elle n’est pas seulement fugitive et ingrate, mais homicide ; car c’est elle qui te fait pâlir, qui te fait trembler aujourd’hui. Ne te disais-je pas, lorsque tu me reprochais si souvent de te faire entendre la vérité, que je t’aimais plus que tes courtisans, que mes censures te marquaient plus d’attachement sur leurs flatteries ? N’ajoutais-je pas