Page:Jean Chrysostome - Homélie en faveur d’Eutrope, 1889.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


de son malheur ; car rien n’est moins sûr que les choses humaines. De quelque façon qu’on veuille exprimer le peu qu’elles sont, on restera toujours au-dessous de la vérité ; on a beau les appeler fumée, paille légère, songe, fleurs printanières, ou chercher encore quelque autre nom ; elles sont si périssables, et plus néant que le néant même. Il paraît bien par cet exemple qu’outre leur peu de valeur elles sont encore entourées d’abîmes. Qui s’est élevé plus haut que lui ? N’a-t-il pas été le plus riche des hommes ? N’a-t-il pas monté au faîte même des honneurs ? Tout le monde n’a-t-il pas craint, tremblé devant lui ? Mais voilà qu’il est devenu et plus malheureux qu’un captif, et plus misérable qu’un esclave, et plus dépourvu de tout que le pauvre consumé par la faim, voyant chaque jour des glaives aiguisés contre lui, et un gouffre, et des bourreaux, et l’appareil de sa mort ; il ne sait même pas s’il a jamais joui de cette ancienne