Page:Jean Chrysostome - Homélie en faveur d’Eutrope, 1889.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


du diadème, mais lorsque des barbares, les mains liées derrière le dos, se prosternent et courbent la tête sous leur pied tout-puissant. Votre empressement, votre concours prouvent assez que je n’ai pas besoin de la séduction des discours. Aujourd’hui quel beau spectacle pour nous, quelle assemblée brillante ! Je vois dans cette enceinte un peuple aussi nombreux que celui qui s’y presse à la Pâque sainte ; le silence même de l’infortuné vous a tous appelés, et la voix de ses malheurs a été plus éclatante que le son de la trompette. Et vous, quittant en foule vos retraites, jeunes filles, femmes, vos gynécées, hommes, la place publique, vous êtes tous accourus ici, pour voir la nature humaine convaincue de faiblesse et la vanité des choses de la vie mise à nu, pour contempler ce front dégradé, qui naguère