Page:Jean Chrysostome - Homélie en faveur d’Eutrope, 1889.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


toute gloire humaine comme la fleur de cette tige, et la tige s’est desséchée, et la fleur est tombée ; » et que « Ils seront arrachés aussi vite que le frêle roseau, et ils périront aussi vite que le brin d’herbe ; » et que « Les jours de l’homme ne sont qu’une fumée : » et tant d’autres passages. Le pauvre à son tour en entrant, à la vue de ce spectacle, ne se trouvera pas abaissé et ne maudira point sa misère ; mais il bénira sa pauvreté, où il se sera ménagé un asile assuré, un port sans orage, un rempart inébranlable, et alors il aimera mieux cent fois rester où il est, que de jouir un moment de tous les biens, pour voir ensuite menacer sa vie même. Sentez-vous ce que peut nous apprendre à tous, riches et pauvres, humbles et puissants, esclaves et libres, cet homme réfugié ici ? comment chacun se reti-