Page:Jean Chrysostome - Homélie en faveur d’Eutrope, 1889.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


prosternons-nous, invoquons, implorons, arrachons aux dangers qui l’environnent le captif, le fugitif, le suppliant, afin que nous obtenions aussi les jouissances de la vie future, par la grâce et la miséricorde de Notre-Seigneur Jésus-Christ, à qui appartient la gloire et la toute-puissance, maintenant et à jamais, et dans tous les siècles des siècles. Ainsi soit-il.