Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui elle souhaitait si vivement tout obtenir, et elle rendra l’âme sans voir le plus cher objet de ses désirs ! Ne sera-ce donc pas plus pénible pour elle que toutes les morts ensemble ? Si j’étais éloigné d’elle, ne devrais-je pas accourir, tout faire, tout souffrir, pour lui rendre cet office ? Et maintenant que je suis près d’elle, je partirai, je la délaisserai ? Comment supportera-t-elle les jours de mon absence ? »

Il n’a rien dit, il n’a même rien pensé de semblable ; mais estimant plus que tous les liens du sang la crainte de Dieu, il a compris avec raison que, si les tempêtes font connaître le pilote, les périls le chef d’armée, les temps d’épreuve font aussi connaître le prêtre. « Tous les Juifs, s’est-il dit, tous les Gentils ont les yeux fixés sur nous ; ne confondons pas les espérances qu’ils ont mises en nous, ne soyons pas indifférents à un si triste naufrage ; confions à Dieu