Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


tout ce qui nous regarde, et offrons même notre vie. » Mais considérez la magnanimité du prêtre et la bonté de Dieu : il a joui de tout ce qu’il avait sacrifié, et en même temps qu’il obtenait ainsi la récompense de son zèle, il trouvait un charme plus vif dans le plaisir qu’il n’espérait plus. Il s’était résigné, pour sauver la ville, à célébrer la fête sur la terre étrangère et loin des siens ; mais Dieu nous l’a rendu avant la Pâque, afin que, célébrant cette fête avec nous, il reçût le prix de sa résignation et ressentît une plus douce joie. Il n’avait pas redouté cette saison de l’année, et un véritable été a régné pendant tout le temps de son voyage. Il n’avait pas tenu compte de son âge, et il a parcouru cette route si longue avec autant de facilité qu’un jeune homme plein de séve. Il n’avait pas songé à la fin de sa sœur, cette pensée ne l’avait point amolli ; à son retour il l’a