Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


retrouvée vivante, et il est rentré en possession de tout ce qu’il avait sacrifié.

C’est ainsi que le prêtre s’est honoré aux yeux de Dieu et à ceux des hommes ; quant à l’empereur, ce qui vient de se passer lui a donné plus d’éclat que son diadème. Il a témoigné d’abord qu’il accorderait aux prêtres ce qu’il refuserait à tout autre ; puis il a montré le plus grand empressement à nous donner notre grâce et à faire taire son courroux. Mais pour que vous connaissiez mieux encore et la magnanimité du prince, et la sagesse du prêtre, et par-dessus tout la bonté de Dieu, souffrez que je vous redise quelque chose des discours qui se sont tenus alors. Je vous rapporterai ce que j’ai appris d’un de ceux qui se trouvaient dans le palais ; car notre père ne nous a dit ni peu ni beaucoup à ce sujet, mais imitant la grandeur d’âme de Paul, il cache constamment ses propres mérites : ainsi, à ceux qui l’interrogeaient de toutes parts sur ce qu’il avait dit à l’empereur, sur les moyens dont il s’était servi pour le persuader