Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/60

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


n’est-elle pas vaine ? Non, si tu avais donné l’ordre de les égorger, ils n’auraient pas enduré tous les maux qu’ils souffrent en ce moment, vivant depuis tant de jours dans la terreur et les alarmes : le soir vient, et ils ne s’attendent pas à voir l’aurore ; le jour se lève, et ils n’espèrent pas aller jusqu’au soir. Combien d’entre eux sont tombés sous la dent des bêtes féroces, tandis qu’ils cherchent les déserts et se réfugient dans des lieux inaccessibles ; non-seulement des hommes, mais de petits enfants, mais des femmes libres et de haut rang, cachés pendant tant de nuits et tant de jours dans des cavernes, dans des antres, dans des ravins ! Une captivité d’un nouveau genre enveloppe la ville. Ses édifices et ses remparts sont debout, mais elle est plus misérable encore que les cités réduites en cendres ; aucun barbare n’est là, aucun ennemi ne se montre, mais les habitants sont plus malheureux que des prisonniers, et la feuille qui s’agite les