Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/76

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Après la harangue qu’il venait d’entendre, il ne fut pas besoin de longs discours ; il dit ces seules paroles, qui reflètent sur lui un éclat bien plus vif que celui de son diadème : « Eh quoi ! est-il donc si étonnant et si merveilleux que nous autres hommes nous fassions taire notre colère contre des hommes qui nous ont offensés ? puisque le maître de la terre, venu en ce monde, fait esclave pour nous, mis en croix par ceux qu’il avait comblés de bienfaits, implora son père pour ses bourreaux et lui dit : « Pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. » Est-il donc étonnant que nous pardonnions à nos compagnons d’esclavage ? »

Et ces paroles étaient sincères, comme le prouva tout ce qui suivit, et particulièrement ce que je vais vous dire. Comme le prêtre voulait rester auprès de lui pour célébrer la fête, il le força de hâter