Page:Jean Chrysostome - Homélie sur le retour de l’évêque Flavien, 1853.djvu/84

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


toute cette histoire ; que vos enfants le disent à ceux qui naîtront d’eux, et ceux-là aux races suivantes, afin que tous ceux qui viendront jusqu’à la consommation des siècles, apprenant les témoignages de bonté que Dieu a donnés à cette ville, nous estiment heureux d’avoir ressenti les effets d’une pareille faveur, admirent le maître qui vient de relever une ville tombée à ce degré d’abaissement, et trouvent eux-mêmes dans tout ce qui est arrivé des exhortations à la sagesse. Ainsi la connaissance de nos malheurs pourra être utile non-seulement à nous, si nous les gardons présents à notre mémoire, mais à ceux qui naîtront après nous. Pénétrés de toutes ces réflexions, rendons au Dieu de bonté de continuelles actions de grâce et pour notre délivrance et même pour les maux qu’il a permis, instruits par les saintes Écritures et par notre propre expérience qu’il ordonne toujours