Page:Kipling - Le Livre de la jungle, illustré par de Becque.djvu/173

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Becque - Livre de la jungle, p151.png
LUKANNON


(Ceci est une sorte d’hymne national phoque,
sur le mode triste.)



Au matin, j’ai trouvé mes frères (oh ! que je suis vieux !)
Là-bas où la houle d’été rugit aux caps rocheux.
Leur chœur montant couvre le chant des brisants, et de joie
Chante, grève de Lukannon, par deux millions de voix !

Chantez la lente sieste au bord de la lagune,
Les escadrons soufflant qui descendent les dunes,
Les danses aux minuits fouettés de feux marins,
Grèves de Lukannon, avant que l’homme vînt !

Au matin, j’ai trouvé mes frères (jamais, jamais plus !)
Ils obscurcissaient le rivage, ils allaient par tribus ;
Du plus loin que portait la voix au large de la mer,
Nous hélions les bandes en route et leur chantions la terre.

Grève de Lukannon… l’avoine aux longs épis,
La brume ruisselant, les lichens en tapis,
Les plateaux de nos jeux et leurs roches usées,
Grève de Lukannon… ô plage où je suis né !