Page:Klaproth - Tableaux historiques de l'Asie, 1826.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




TABLEAUX HISTORIQUES


DE L’ASIE.


________


INTRODUCTION.


L’Asie, séparée de l’Afrique par la mer Rouge et l’isthme de Suez; de l’Europe par le détroit des Dardanelles, les deux Bosphores, le Caucase et les monts Oural; de l’Amérique par un étroit passage, peut, dans sa vaste étendue se diviser en différentes régions principales. L’Asie centrale est hérissée de chaînes de montagnes élevées, couvertes de neiges, qui renferment, d’un côté, de vastes déserts pierreux et des sables mouvants, de l’autre, des pays fertiles, ou la vigne, le coton, le mûrier et le riz s’offrent en abondance, et où s’étendent des prairies immenses, théâtre éternel du vagabondage d’une multitude de peuples. La Chine, partant des monts qui limitent cette région centrale, s’étend de l’ouest à l’est jusqu’au bord du grand Océan, et forme la partie orientale de l’Asie, la plus éloignée de notre partie du globe. L’Inde, s’étendant des monts Himalaya jusqu’à l’Océan, abritée par eux des vents du nord, et recevant les influences d’un ciel pur et chaud, forme la partie méridionale, moins éloignée de nous que la Chine, et par conséquent plus connue des anciens. La partie occidentale, enfin, composée de la Perse, de l’Arabie, s’avançant par l’Asie mineure jusqu’en Europe, mêlée dans nos révolutions, figure dans toutes les époques de notre existence et s’y rattache presque continuellement.

Dans l’Asie occidentale, c’est la Perse, qui depuis le septième siècle avant notre ère, a formé l’empire dominant, et dont l’histoire doit principalement