Page:Krysinska - Intermèdes, 1903.djvu/48

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





ATHENA




Déesse au casque d’or, aux nombreuses pensées,
Elle tient haut levé l’héroïque javelot
Et le bouclier où, dans l’airain clair et beau
Les grandes actions des hommes sont tracées !

Son sein de vierge où brûlent en ferveur exaltée
Les sublimes projets, un rêve de paix parfaite,
Est couvert de l’égide où, terrible trophée,
La tête de Gorgone ricane sa défaite.

Mais les plis souples de son vêtement de femme
Disent l’aristocratique déesse — Athéna
Qui, de la Ville aux superbes portiques — fut l’âme
Et, sur le monde, par le génie rayonna.