Page:L’Hypnotisme et les Religions.djvu/109

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



APPENDICE



MENTEZ, MENTEZ, MES AMIS

OU LES

VÉRITABLES APÔTRES DU MENSONGE

Il est un procédé de polémique fort commode et encore plus malhonnête, mais d’un usage trop fréquent parmi les controversistes. C’est celui qui consiste à isoler un passage des ouvrages d’un auteur, et à le présenter ainsi au public, sans un mot de contexte, sans indication du sujet auquel il se rapporte, de façon à pouvoir lui prêter un sens et une portée manifestement contraires à sa véritable signification.

Telle a été en mainte circonstance la conduite des détracteurs de Voltaire. C’est ainsi qu’ils sont parvenus à représenter comme l’apôtre même du mensonge l’homme qui a tant combattu et tant souffert, pendant une si longue vie, pour la cause sacrée de la vérité et de la justice[1].

  1. On sait que Voltaire fit réhabiliter Calas, Lally-Tollendal et un grand nombre d’autres victimes d’erreurs judiciaires.