Page:L'ami des monuments I.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


manifeste d’une façon éclatante que, clans les arts, les généreuses pensées dominent toute autre considération.

L’essai que nous tentons, à nos risques et périls, a besoin, pour réussir, du concours de tous ceux qui ont à cœur le triomphe de ces idées : ce que nous entreprenons de sauver, ce sont nos trésors d’arts et nos sites ; c’est surtout notre clair génie français, que l’exagération des tendances utilitaires et de l’esprit d’agiotage ou d’exploitation à outrance menace d’étouffer, tandis qu’il peut et doit encore éclairer et charmer le monde. C. N.



MEMBRES FONDATEURS ET MEMBRES DU COMITÉ
DE LA
REVUE DES MONUMENTS FRANÇAIS


Nous avions l’intention de publier ici une liste donnant pour chaque département les noms des membres du Comité. Mais cette liste n’étant pas définitivement arrêtée, nous la donnons en suivant l’ordre alphabétique ; l’indication du département représenté par chacun de nos collègues se trouve à la suite de son nom.

Nous n’avons pas voulu différer plus longtemps l’apparition du premier numéro de la Revue, ni mettre dans l’impossibilité de se joindre à nous bien des dévouements utiles qui se fussent ainsi trouvés écartés avant que l’œuvre eût été portée à la connaissance du public. Mais nous donnerons le plus promptement possible la liste du Comité pour chaque département.

En fondant ce Comité, dont tant d’hommes d’une haute valeur ont compris la nécessité, nous nous sommes proposés de créer un instrument propre à réaliser le programme exposé ci-dessus. À chacun de signaler les méfaits qu’il connaît, les idées qu’il jugera utile de répandre, d’indiquer les œuvres qu’il croira bon de faire connaître par des reproductions ou des descriptions ; à chacun des membres du Comité revient l’honneur de propager partout cet amour du beau qui a réuni les hommes les plus opposés sur un terrain commun, de lui gagner des adhérents dans tous les rangs de la société.

Pour donner à ce comité un moyen d’action, nous avons créé cette Revue, qui permettra de vulgariser les idées qui nous animent tous. Plus nous la répandrons, plus nous aurons chance de voir nos efforts aboutir. Nous ne négligerons aucune des améliorations qu’il nous sera possible de réaliser. — C. N.

Voici les noms des fondateurs :