Page:Lavignac - Le Voyage artistique à Bayreuth, éd7.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Toutefois, dès 1867, un grand artiste de ses amis, l’architecte Gottfried Semper, avait été chargé par le roi Louis II de dessiner un plan réalisant les idées de Wagner ; mais Semper ne comprenait que le grandiose, les formes fîères et imposantes ; il présenta un projet tel que le roi lui-même fut effrayé des dépenses exorbitantes qu’il eût entraînées, dépenses fort au-dessus des ressources de la cassette royale.

Wagner dut alors reconnaître que, malgré tout son prestige, l’appui du roi restait encore insuffisant, et il prit le parti, pour arriver à ses fins, de s’adresser à la nation allemande tout entière, en faisant vibrer les cordes de son orgueil artistique.

C’est au mois de mai 1871 qu’après avoir parcouru et examiné plusieurs localités, il visita, pour la première fois, la jolie petite ville de Bayreuth. qui le séduisit au premier coup d’œil. Il prit alors le conseil d’amis sérieux, d’hommes pratiques, notamment MM. Feustel et Gross, qui obtinrent de la municipalité la cession à titre gracieux des terrains nécessaires à l’édification de son théâtre et de sa maison d’habitation [1], et ce fut le 9 novembre de cette même année que, dans la maison de M. Feustel, située à proximité de la gare, entre la Hirchenstrasse et la Mittelstrasse, maison désormais historique, il fut décidé que le Théâtre des Fêtes s’élèverait à Bayreuth, et non ailleurs.

L’architecte Semper fut de nouveau chargé des plans définitifs. Il ne manquait plus que l’argent, et la dépense prévue était de 1,125,000 francs !!! Mais Wagner n’était pas homme à se laisser démonter

  1. La ville n’a pas eu à se repentir de cette intelligente et artistique largesse : elle y trouve son compte dans le mouvement de voyageurs qu’amènent les Représentations des fêtes. C’est pour elle une véritable résurrection.