Page:Lermina - L’effrayante aventure.djvu/39

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


shillings. La performance d’ailleurs ne valait pas davantage et le combat provoquait plus de huées que d’applaudissements. Le nommé Coxward était, d’ailleurs, parfaitement ivre et pouvait à peine se tenir sur ses jambes. Si bien qu’il avait été plusieurs fois knocked out, sous les railleries du public…

« Comme, vers une heure du matin, il devenait certain qu’il était incapable de tenir le coup, il déclara qu’il en avait assez et qu’il s’en allait, ce que tout le monde accepta par des applaudissements railleurs. Coxward, qui était hébété par la fatigue et par l’ivresse, entra dans la chambre voisine du parlour afin de reprendre ses vêtements.

« Un de ses adversaires, qui le connaissait pour sujet à caution, conçut tout à coup un soupçon et brusquement entra dans la pièce où Coxward se rhabillait et le surprit au moment où, ayant fini sa toilette, le misérable fouillait les poches des autres vêtements, s’emparait d’une montre en or et filait par la fenêtre du rez-de-chaussée.

« L’homme se jeta sur lui pour le retenir ; mais Coxward se dégagea et se rua dehors. Aux cris du volé, les clients du Shadow’s-Bar