Page:Luzel - Contes bretons, Clairet, 1870.djvu/131

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



— Oui, je pense ; mais vous feriez bien de vous hâter, si vous voulez aller voir.

Et le seigneur de s’en retourner à la maison, avec son domestique, et de courir à l’étang ! Grand-Jean sauta le premier dans l’eau, et, comme il était très grand, il levait encore la main hors de l’eau, pour demander du secours, car il ne savait pas nager.

— Tiens ! dit le seigneur, il me fait signe avec la main de sauter plus loin ; sans doute qu’il n’est pas allé jusqu’à l’or.

Et il prit son élan, et sauta le plus loin qu’il put.

Et depuis on n’en a eu aucune nouvelle.

Et voilà le conte du meunier et de son Seigneur. —


Conté par Barba Tassel.
Au bourg de Plouaret, — Décembre 1868.








Quimperlé, im. de th. Clairet.